Mes débuts - La Chatterie de Gailande

La Chatterie de Gailande
J'aime Google+ Noëlle avec chaton 1956

Mes débuts

Je m’appelle Noëlle Vialatte, ma vie commence dans un petit village du Lot-et-Garonne, entre Agen et Villeneuve-sur-Lot, qui s’appelle Ségalas de Lauzun. Mes parents et grands–parents y sont agriculteurs, ces derniers possèdent un immense domaine dit « DE LABARDE ».

C’est là que j’ai vécu les plus belles années de ma vie, petite fille entourée de toutes sortes d’animaux. Dans le jardin, des paons paradaient en faisant la roue, je ramassais leurs plumes pour en faire de superbes bouquets. Mais mon plus grand bonheur, c’était les chats !

Lorsqu’une chatte allait avoir des petits, j'assistais à leur naissance et aussitôt nés, je les cachais de mon grand-père, qui les aurait vite fait « disparaître ». C’est ainsi que mes parents voyaient arriver un nombre incalculable de chatons que je nourrissais « au lait de vache » avec des biberons de poupée. Evidemment, le lait de vache était trop riche pour eux. D'où parfois, comme résultat, de formidables crises de diarrhées ! Aujourd’hui, donner le biberon aux chatons fait toujours partie d’un très grand plaisir dans ma vie, mais désormais avec du lait maternisé !

Puis vinrent mes années d’adolescence, qui me firent un peu oublier les chats car ma passion première était la musique. Depuis ma plus tendre enfance, mon père voulait que je chante. A quinze ans, je suis entrée dans un orchestre professionnel qui parcourait toute la France. Pendant des années, je fus chanteuse de bal, ma première passion.

Orchestre Albert Mazères

Noëlle devant avec l'Orchestre Albert Mazères

Nous partions en bus, croisant sur notre route d'autres orchestres professionnels tel "René Coll", qui est devenu le chef d'orchestre qui accompagne les vedettes dans l'émission de Patrick Sébastien 'Le Plus Grand Cabaret du Monde" (René Coll est décédé récemment). Nous faisions également "coucou" à "Sentimental Trumpet" un très grand musicien et son orchestre. Il dirige aussi un studio d'enregistrement à Tournefeuille à coté de Toulouse, ou j'enregistrais mes premières maquettes.


Vetty de Badinière chatte Persane

Vetty de Badinière

Par la suite, je suis revenue à mes premières amours.
Un jour, je suis entrée dans une exposition féline à Pau. Un éleveur avait posé quelques petites boules de poils sur sa cage. J’ai fait le tour de l’exposition plusieurs fois comme tout le monde et je suis revenue vers ces petites boules et évidemment, je suis repartie avec une persane blanche qui s’appelait « Vetty de Badinière ". Et voila comment on commence une grande histoire avec un chat, mais sans savoir où cela va vous mener ! Mon premier chat de race ! Que pouvais-je faire d’autre que de tenter de faire au moins une exposition avec elle. J’ai attendu une année et puis je me suis lancée dans l’aventure.

Une exposition féline était prévue par le club Félin Gascogne Béarn à Bordeaux-Lac les 19 et 20 octobre 1985. Je me suis dit : pourquoi pas ?
J’inscris Vetty en C.A.C., j’envoie un chèque et j’attends avec impatience le grand jour.
Ma cousine habitant Bordeaux, je squatte chez elle tout le week-end, « très importants, ces deux jours ».
J’arrive le samedi matin, Vetty dans un panier en osier « ouvert » comme si j’allais faire mes courses au supermarché ! Tout le monde me regardait, la première fois vous avez l’impression d’être entré, sans y être invité, dans un lieu réservé aux initiés !
Mme. Trayer de Dhuizy et Mlle. Martine Caillard
Et puis je me suis retrouvée devant une dame plutôt bourrue qui m'a demandé mon numéro d’inscription, ça commençait bien, le chèque était « mal libellé" selon elle. Je ne le savais pas, mais cette dame était Mme Trayer de Dhuizy, Présidente de L’Association Nationale des Cercles Félins Français ainsi que du Club Félin Ile de France.
Mon passage finalement accepté par elle et les services vétérinaire, je m’installe dans mon carré. J’avais fait confectionner de très beaux rideaux de cages roses avec des coussins assortis. C’était pas mal ! La seule chose que j’avais oubliée, et pas la moindre, c’était tout le matériel de toilettage qui convient à un Persan, et blanc de surcroît !
Ma voisine qui, elle aussi, avait un Persan blanc, en me voyant munie uniquement d’un peigne, me demanda si je ne voulais pas qu’elle prépare ma chatte pour les jugements ? J'ai accepté et elle s'est mise à faire une toilette monstrueuse à ma Vetty, : peigne, brosse, poudre à l’appui, en la secouant dans tous les sens, la pauvre, je crois qu’elle ne s’est pas reconnue ! Pour une novice, c’était dur de voir ma pauvre Vetty manipulée de la sorte. Mais elle a eu son C.A.C. !
Merci à Madame Kaufmann (la dame du Persan), merci aussi à Melle Martine Caillard, juge ce jour-là, qui a donné à Vetty son seul et unique C.A.C. Et de là ont découlé toutes sortes d'aventures qui n’étaient pas prévues : expositions, élevage, et surtout d’autres races de chats.

Betsycoon of Patriarca

Betsycoon of Patriarca

Cela a commencé par une nouvelle race, très peu répandue à l’époque, le Maine Coon, Alpha of Ait Ben Haddou, une femelle tortie revenue d’Allemagne arriva chez moi en 1986, puis Betsycoon of Patriarca, une femelle silver tabby et blanc et Sid Vichycoon of Patriarca un mâle red tabby et blanc la rejoignirent.
Mais un jour le magazine « Atout Chat » publia une photo d’un chat américain « le Ragdoll » un seal mitted, et c’est là que mon mari Ian Faulkner entre en scène. Pour lire la suite Cliquez ici